Le projet de naissance

Publié le par La Princesse et le Crapaud

Enceinte de Crapaud, je ne pouvais concevoir revivre la même chose que pour la naissance de sa soeur. Je ne voulais même pas aller à la maternité, donner naissance dans une salle froide, branchée de partout… Je n’arrivais toujours pas à regarder cette première photo de nous 3 juste après la naissance de Princesse, cette photo prise par le chirurgien si gentiment mais qui me fait tellement de mal quand je la regarde… Je voulais être actrice de mon accouchement, accompagner mon fils dans ce grand voyage. Je ne voulais surtout pas être de nouveau passive et laisser faire les médecins, je n’avais plus aucune confiance en eux, en leurs compétences et plus je me renseignais sur l’accouchement physiologique, plus je me rendais compte que mon précédent accouchement n’aurais jamais dû se passer comme ça! Alors peut être que la fin aurait été identique mais tout avait été fait pour que ça rate : position couchée sur le dos, péri qui ralenti voire stoppe le travail et par conséquent injection d’ocytocine de synthèse pour le relancer,… J’avais l’impression d’avoir abandonné ma fille alors qu’elle avait besoin de moi et je ne voulais pas que ça se reproduise pour mon fils. Je voulais aussi l’accueillir dans de bonnes conditions, au calme, sans lumière criarde qui l’aveugleraient, sans gestes brusques, violents et inutiles.

Je me suis donc tournée vers l’accouchement à domicile malgré quelques réticences du papa et après quelques dizaines de coups de téléphone/mails aux sages femmes le pratiquant dans un rayon d’1h30, enfin un OUI! Mais à 4 mois de grossesse, tout s’écroule et je dois me tourner vers la maternité près de chez moi et je décide d’écrire un projet de naissance. Mais qu’est ce que c’est un projet de naissance?

Un projet de naissance (PDN) est un document dans lequel les futurs parents indiquent leurs choix quand aux gestes médicaux qu’ils veulent éviter, l’ambiance le jour J (musique, lumière, nombre de personnel présent,…) et en règle générale, tout ce qui est relatif à l’événement. Il permet donc aux futurs parents de se réapproprier la naissance et de réfléchir à la façon dont ils veulent accueillir leur enfant. Selon moi, ce projet doit être discuté au préalable avec l’équipe de la maternité afin que cette dernière soit au courant, lors de l’arrivée de la future maman pour son accouchement, de ses désirs car ce n’est pas à ce moment là que l’on peut discuter, négocier, argumenter! La future maman doit rester dans sa bulle, il faut donc que tout soit décider auparavant. Pour ma part, j’ai écrit mon PDN avec la sage femme libérale qui me suivait et je l’ai présenté à 7 mois de grossesse à la sage femme cadre de la maternité. Nous en avons discuté, elle m’a expliqué que certaines choses étaient impossibles, que d’autres dépendraient de l’équipe qui allait s’occuper de moi et m’a proposé de réécrire mon PDN en fonction de ces nouvelles remarques. Nous nous sommes revues quelques jours plus tard pour finaliser tout cela, le signer et le porter à mon dossier.

Le PDN est défini par l’OMS comme une « pratique qu’il convient d’encourager », et si c’est quelque chose de très répandu en Grande Bretagne, ça l’est beaucoup moins en France et j’avoue que les femmes qui en écrivent un passent parfois pour des relous aux yeux des équipes! Elles peuvent prendre ça comme un manque de confiance en leurs compétences alors que ce n’est pas du tout le cas et c’est pour cela qu’il faut bien faire attention aux tournures de phrases employées lors de son écriture « Je souhaiterais autant que possible… » « si la situation le permet… »

Attention, un projet de naissance ne constitue pas un contrat entre les futurs parents et la maternité, il n’a aucune valeur légale mais il répond à l’article L 1111-4 du Code de la santé publique stipulant qu’ « aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment » (article qui semble être trèèèèès souvent oublié lors d’un accouchement)

——————–

Je partage avec vous celui que j’avais écrit :

Notre projet de naissance

Après une première naissance par césarienne en juillet 2010, très mal vécue pour moi comme pour mon mari (principalement à cause du manque de communication et de bienveillance de l’équipe soignante), nous souhaitons une prise en charge différente pour cette nouvelle naissance, prévue pour fin septembre. Nous avons donc souhaité écrire un projet de naissance afin que chaque professionnel qui nous prendra en charge connaisse nos souhaits.

Pour tout le déroulé de l’accouchement, dans la mesure où tout se déroule bien :

- Je souhaite que l’ambiance de la salle d’accouchement soit intimiste, que les lumières soient tamisées, que le personnel parle doucement et si possible, que ce soit le même personne qui me prenne en charge du début à la fin (sauf si changement de garde) afin de pouvoir créer un lien de confiance et faciliter le lâcher prise. Pensez à demander la luminosité au moment de l’expulsion

- Je ne souhaite pas la présence d’internes ou de stagiaires mais juste le personnel indispensable, à savoir la sage femme et l’auxiliaire de puériculture.

- Je ne souhaite pas avoir recours à la péridurale (si je la demande, rappelez-moi cette requête) mais j’accepterais volontiers l’aide du personnel soignant pour soulager la douleur en me proposant des solutions alternatives comme le bain, l’homéopathie, l’acupuncture, les massages,…

- Je souhaite conserver ma liberté de mouvement et de position aussi bien durant le travail que lors de l’expulsion.

- Ainsi, je souhaite avoir un monitoring en alternance plutôt qu’un monitoring en continu et je ne souhaite pas être perfusée. Cependant, j’accepte la pose d’une voie fermée.

- Je souhaite pouvoir boire et manger léger si j’en ressens le besoin.

- Je souhaite minimiser le plus possible le nombre de touchers vaginaux et que ceux-ci soient réalisés, à ma demande, par la même personne afin de pas avoir de pression par rapport à la vitesse de dilatation.

- Je ne souhaite pas que le travail soit accélérer chimiquement ou artificiellement (perfusion d’ocytocine, rupture de la poche des eaux, décollement de membranes,…)

- Je souhaite attendre le réflexe de poussée et ne pas subir de poussée dirigée.

- Je ne veux pas d’épisiotomie même s’il existe un risque de déchirure.

- Je souhaite que le cordon soit clamper puis couper une fois qu’il ait cessé de battre.

- Je ne veux pas d’expression abdominale.

- Je souhaite différer l’injection d’ocytocine au moment où le cordon cesse de battre et dans la mesure où tout va bien, privilégier les méthodes douces (comme la mise au sein) pour provoquer des contractions.

- Je souhaite pouvoir voir le placenta et le garder si possible.

En cas de césarienne :

- Je souhaite avoir les bras détachés.

- Je souhaite que le papa accueille notre enfant dès sa sortie du bloc pour un peau à peau.

- Je souhaite retrouver mon bébé en salle de réveil pour les 2h de surveillance.

En cas de problèmes de santé chez le bébé, je veux que la proximité mère-enfant soit maintenue au maximum ou du moins que la présence du papa soit maintenue en permanence auprès du bébé.

Après l’accouchement :

- Je souhaite l’avoir en peau à peau dès sa naissance et être guidée pour la première têtée si besoin.

- Je refuse qu’on l’aspire, qu’on lui administre des vitamines et des gouttes dans les yeux.

- La pesée sera effectuée quelques heures après sa naissance.

- Sa taille ne sera mesurée que quelques jours plus tard afin de ne pas l’étirer.

- Je ne souhaite pas qu’il soit baigné avant J2.

- Je souhaite un allaitement exclusif et pour cela, je refuse tout complément de lait artificiel afin de faciliter sa mise en route.

- Si tout va bien, je souhaite une sortie précoce, quelques heures après l’accouchement.

——————–

Les sages femmes ont respectées la plupart de mes souhaits contrairement à la gynécologue qui est arrivée sur la fin et a effectué plusieurs gestes médicaux sans me demander mon consentement comme elle aurait dû le faire

Publié dans Grossesse et naissance

Commenter cet article