La méhode du 5-10-15 jamais!

Publié le par La Princesse et le Crapaud

J’ai trouvé un texte sur la page Facebook de Parents éclairés et il m’a mis les larmes aux yeux alors je voulais le partager ici

Chère maman,

Je suis confus.

Je suis habitué de tomber endormi dans tes bras tendres et chauds. Chaque nuit je m’endors blotti contre de toi ; assez collé pour entendre le battement de ton coeur, assez près pour sentir ton parfum doux. Je regarde fixement ton beau visage pendant que je dérive doucement pour m’endormir, en sécurité dans une étreinte affectueuse. Quand je me réveille avec l’estomac qui gargouille, les pieds froids ou parce que j’ai besoin d’une caresse, tu t’occupes de moi rapidement et d’ici peu je suis endormi de nouveau.

Mais cette semaine a été différente.

Chaque nuit cette semaine s’est passée comme ceci. Tu m’as couché dans mon berceau et m’as embrassé pour me souhaiter bonne nuit, fermé la lumière et tu es partie. Tout d’abord j’étais confus, me demandant où tu étais allée. Puis je suis devenu effrayé, et je t’ai réclamé. J’ai réclamé et je t’ai appelé maman, mais tu ne venais pas ! J’étais si triste, maman. J’avais tellement mal. Je n’avais jamais ressenti des sentiments si fort avant. Où es-tu allée ?

Par la suite tu es revenue ! Ah, combien heureux et soulagé j’étais que tu sois revenu ! J’ai pensé que tu m’avais laissé pour toujours ! Tu ne m’as pas pris. Tu ne m’as même pas regardé dans les yeux. Tu m’as recouché et dit « chut, c’est la nuit maintenant » et tu as quitté encore.

Ceci s’est produit encore, à plusieurs reprises. J’ai crié pour toi un certain temps, plus longtemps chaque fois, tu revenais mais tu ne me prenais pas.

Après que j’ai crié un moment, j’ai dû m’arrêter. Ma gorge faisait tellement mal. Ma tête martelait et mon ventre minuscule grognait. Mon coeur était très blessé. Je ne pouvais pas comprendre pourquoi tu ne venais pas.

Après m’être senti comme ceci pendant quelques nuit, j’ai abandonné. Tu ne venais pas quand je criais, et quand tu venais finalement tu ne me regardais même pas dans les yeux, sans parler de mon petit corps sanglotant. Le mal que ça m’a fait reste très longtemps.

Je ne comprends pas, maman. Pendant la journée quand je tombe et cogne ma tête, tu me prends et m’embrasse. Si j’ai faim, tu me nourris. Si je rampe jusqu’à toi pour une caresse, tu peux lire dans mon esprit et me prends, couvrant mon visage minuscule de baisers et me disant combien je suis special et combien tu m’aimes. Si j’ai besoin de toi, tu réponds immédiatement.

Mais la nuit, quand c’est sombre et calme et que ma veilleuse projette des ombres étranges tu ne viens pas. Je peux voir que tu es fatigué, maman, mais je t’aime tellement. Je veux juste être près de toi, c’est tout.

Maintenant, la nuit, je suis tranquille. Mais tu me manque toujours.

On ressent tellement la détresse de ce bébé, seul, abandonné par la personne qu’il aime plus que tout, qui le rassure, le console et qui là n’est pas là. Cette souffrance qui va s’inscrire en lui… Cet être si fragile, si petit qu’on va laisser pleurer 5 puis 10 puis 15 minutes jusqu’à ce qu’il s’endorme, fatigué certes mais fatigué de sa journée ou fatigué d’avoir tellement pleurer? Et quels sont les derniers sentiments qu’il aura ressenti : en tant que maman (ou papa veut-on vraiment que notre enfant s’endorme en se sentant abandonné?

Je pense que lorsqu’on devient parents on devrait s’affranchir de tous ces conseils que les pédiatres et notre entourage nous donne et suivre notre coeur car nous sommes ceux qui connaissent le mieux notre enfant, qui connaissent le mieux ses besoins et tout le monde sait que chaque enfant est différent alors pourquoi chaque enfant devrait dormir seul dans sa chambre à X mois? Laissons le temps à nos enfants de grandir, donnons leur le bagage affectif nécessaire à ce détachement et laissons les nous dire quand ils sont prêts.

Je pratique toujours le cododo avec Crapaud soit dès le début de la nuit, soit à partir de son réveil nocturne. En tout cas, il s’endort toujours au sein et je pense aujourd’hui que ses réveils (plus ou moins nombreux) ne sont pas nutritifs physiquement mais affectivement, il a besoin d’être câliner et il se rendort très vite après. Je fais également du co-rooming avec Princesse qui refuse de dormir dans sa chambre depuis la séparation et je mentirai si je disais que je ne suis pas hyper heureuse quand je me couche entourée de mes 2 loustics!!! Après je crois que j’accepte cette situation aussi par égoïsme, pour ne pas me retrouver seule dans ma chambre… Finalement chacun y trouve son compte

Publié dans Maternage

Commenter cet article